Personnels

  Administration de la faculté

  Conseil de faculté

  Communication

Entreprises, professionnels

  Taxe d'apprentissage

  Formation continue

  Valorisation de la recherche

  Offres de stages

Étudiants, futurs étudiants

  Scolarité (inscriptions, examens, suivi de l'étudiant…)

  Formations

 Départements de la faculté

  Associations étudiantes

  Calendrier de l'année universitaire 2017-2018

André Bellatorre : Théorie de l'écriture

André Bellatorre est professeur agrégé, il est l'auteur d'une thèse sur Francis Ponge. Ses travaux portent sur la poésie moderne (Francis Ponge, Philippe Jaccottet) et le roman contemporain (Christan Oster)

 

Il s’agit dans un premier temps de donner aux futurs animateurs des rudiments en matière de techniques narratives. C’est une nécessité pour ceux qui vont être amenés à inventer des consignes d'écriture et de réécriture, à faire des "retours" pertinents sur les textes écrits dans le cadre des ateliers qu'ils vont animer. Par ailleurs, cette compétence informe et éclaire souvent la lecture de certains romans contemporains dans lesquels on fait volontiers des incursions. On essaie d’éviter toute dérive techniciste, formaliste, ou textualiste, mais pour autant on ne néglige pas les enjeux théoriques et pratiques de l'atelier à vocation narrative.

Cette appropriation se fait, bien sûr, à travers la connaissance d’essais de théorie littéraire bien connus (des oeuvres de Gérard Genette à celles d’Antoine Compagnon) mais aussi et surtout par un « va et vient » permanent entre écriture et lecture. Ainsi la découverte (ou la re-découverte) de notions cardinales de la poétique du roman (fiction, narration, mise en discours, vitesse narrative, focalisation etc) se fait autour d’ « exercices de style » (Queneau est évidemment convoqué). Leur analyse permet de rendre compte, à travers les textes produits, des variations respectives concernant les instances fictionnelles et narratives.

On accorde aussi une attention particulière à la notion de "niveau narratif" donc évidemment aux classiques enchâssements et entrelacements du récit (qui peuvent devenir vertigineux comme chez Borgès ou Tabucchi) mais surtout aux altérations entre les différentes lignes narratives dans un même récit, ce que Gérard Genette nomme "métalepse narrative". L'étude des "débordements" du cadre narratif permet d'investir le champ de la littérature et des autres arts mais aussi de s'approprier la notion de "mode de représentation narrative" en provocant écritures et réécritures. La métalepse devient alors un véritable « opérateur de fiction ». (cf ma communication au colloque de Cerisy, Ateliers d’écriture Littéraire, dirigé par Claudette Oriol-Boyer : « La métalepse, opérateur privilégié dans la formation d’animateurs d’ateliers d’écriture »).

L’activité de lecture et de découverte de la littérature contemporaine constitue l’un des autres temps forts de la formation dans ce module. Les étudiants choisissent un roman contemporain et en font une « lecture oblique ». (Une lecture créative, non académique qui « déplace » la glose traditionnelle.) Les mémoires issus de ce travail peuvent ainsi prendre la forme d’abécédaires, de réécritures qui relèvent à la fois de l’essai et du roman, ou celle d’un journal littéraire créé de toutes pièces (à partir d’un roman de JP Toussaint) ou encore d’une « carte Michelin » (qui reproduit l’itinéraire du narrateur dans le roman de C. Oster « Rouler »)etc. Une mise en commun a lieu au fur et à mesure des lectures.

Retourner à la page principale du DU Ateliers d'écritures

 

Site Schuman
29, avenue Robert Schuman
13621 Aix-en-Provence Cedex 01
Accueil - Standard : 04.13.55.30.30
 
Campus Marseille-Centre
Espace Yves Mathieu
3, place Victor Hugo
13331 Marseille Cedex 03
 
Site Lambesc
1, avenue de Verdun
13410 Lambesc